A qui qui profite le divorce ?

Injuriées, délaissées, battues… les femmes, surtout, se réjouissent de la récente loi : le mariage n’est plus indissoluble.

La femme profite du divorce pendant la Révolution de 1789

Massivement, ce sont les milieux urbains et, parmi eux, celui des artisans. Cabaretiers et perruquiers lyonnais divorcent ainsi beaucoup. La grande bourgeoisie le fait bien moins. Mais ce sont surtout les femmes qui profitent de cette libération, dans une proportion allant, selon les villes, de 60 à 70 % des intéressés.
Leurs demandes unilatérales de divorce pour incompatibilité d’humeur, ou leur dénonciation des violences ou de l’abandon de leur époux témoignent étonnamment de leur grave assujettissement conjugal sous l’Ancien Régime. D’où une véritable flambée de revendication d’autonomie féminine.
Mais la loi de 1792 a surtout défait, en un premier temps, des couples qui n’existaient plus depuis longtemps. Thérèse Dumoulin, épouse d’un perruquier, a divorcé, en 1793, après plus de quinze ans de mariage et près de quinze ans d’abandon. Le délai, analogue, avait été de quatorze ans pour Pierrette Perrayon, femme d’un tailleur.
Au milieu de récits féminins pudiques, il est facile de retracer l’histoire d’un véritable martyre où les femmes firent la triste et douloureuse expérience d’une entente impossible.
Ce fut le cas pour Claudine Mangard, mariée à 17 ans à un homme qui se mit bientôt « à proférer contre [elle] les injures les plus atroces » et pour Denise Clément, battue dès le lendemain de son mariage, enceinte au bout de dix-neuf mois, mettant au monde un enfant anormal et continuant, depuis, à subir le même type de violences et de grossesses.
Dans la bourgeoisie, Anne-Marie Villard, femme d’un négociant, le redoute tellement qu’elle n’ose partager sa couche que lorsque leur domestique est à leurs côtés. Travailleurs ou nantis transmettent à leurs compagnes leurs maux vénériens, qui sont un autre motif de divorce.
Après le divorce, les mères malheureuses en ménage ou abandonnées veulent conserver leurs enfants pour leur consolation. Il est vrai que leurs maris sont souvent partis en les leur laissant. Le cas des mères adultères et irresponsables est plus rare.

Réflexions d'un bon citoyen...

Réflexions d’un bon citoyen en faveur du divorce, adressées à l’Assemblée nationale

En invoquant la suprême législation en faveur du divorce, l’auteur de cette brochure ne prétend pas favoriser l’inconstance, ou la facilité d’aller de spéculation en spéculation. Il réclame un divorce légal, qui n’aurait lieu que dans certains cas déterminés par la loi : tels seraient l’adultère, la désertion malicieuse d’un des conjoints, les mauvais traitements, l’infamie encourue par quelques actions honteuses, l’incompatibilité bien prouvée des humeurs et des caractères. Alors les époux, dégagés de leurs liens, seraient libres d’en contracter de plus heureux, ou de le tenter, du moins… !
Mais voulez-vous rendre infiniment rares les causes du divorce ? changez vos usages, corrigez vos mœurs, et surtout rendez à l’époux la suprématie qu’il tient de la nature et qu’il a lâchement perdue en se soumettant avec bassesse à la variété perpétuelle que le caprice donne au caractère des femmes.
On ne saurait assez blâmer les maris français qui produisent leurs compagnes dans le monde ; elles s’y dégoûtent des soins paisibles et tranquilles du ménage ; elles sont environnées d’hommes séduisants, célibataires, désœuvrés : et l’on veut qu’elles soient fidèles !
Un homme doit aimer, respecter son épouse ; supporter avec indulgence ses défauts : mais il doit être le maître. L’instant où la femme se croit l’égale du mari, est celui où la division se manifestera dans l’intérieur; dès lors plus de bonheur dans le ménage, parce que l’amitié des époux étant nulle, ils sont privés de ces soins réciproques qui adoucissent, dans tous les temps, les peines de la vie.
Au reste, rien ne serait plus propre à ramener les bonnes mœurs, la paix et le bonheur dans les ménages, que le divorce. Une femme qui aurait cette salutaire inquiétude, qui saurait que le déshonneur public serait attaché à l’expulsion de la maison de son époux, s’exposerait rarement à ce malheur. Elle aimerait ses devoirs, elle les remplirait, et se concilierait la tendresse de tout ce qui l’entoure…

Derniers articles
mussolini-partisans-epurationn
Epuration et mort de Mussolini en avril 1945
Edda Ciano envoya aussi une lettre suppliante à son père Mussolibi pour tenter de sauver son mari
La République de Salo de Mussolini en septembre 1943
Mussolini est arrêté et incarcéré dans la petite île de Ponza
La chute de Mussolini en 1943
Au début, Mussolini compare Hitler à Attila
Mussolini et Hitler en 1934 et 1937
Dernières catégories
A la mort de Charles IX, Catherine de Médicis reprit ses fonctions. Elle en avait l’habitude
Ces malades qui nous gouvernent
intro-front-de-est
La Guerre à l'Est
Entre septembre 1939 et mai 1943, les U-Boote livrent une guerre sans merci contre les convois alliés pendant la bataille de l'Atlantique.
La bataille de l'Atlantique
intro-tragedies-en-mer
Tragédies en mer
Articles populaires
L'éducation dans les écoles allemandes est rapidement nazifiée
L'éducation sous le régime nazi de Hitler
Se vêtir chez les anciens égyptiens
Les vêtements et costumes dans l'Egypte antique
Le lanista est le directeur de l'école de gladiateurs
Le recrutement et l'école des gladiateurs dans la Rome antique
Organisation des combats de gladiateurs dans la Rome antique
Les gladiateurs étaient des héros de l'arène romaine dans l'antiquité