Le départ de Louis XVI des Tuileries (9 et 10 août 1792)

Ramenés de Versailles à Paris le 6 octobre 1789, le roi et sa famille s’installent au palis des Tuileries inhabité depuis plus d’un siècle. Ils y demeurent jusqu’au 10 août 1792… Cette nuit là, le tocsin a sonné et, aux premières lueurs du jour, Louis XVI découvre le peuple, uni aux Marseillais, en bon ordre se ranger en bataille en face du château. Le roi décide alors de se réfugier, avec ses proches, à l’Assemblée nationale.

La revue des troupes de Louis XVI

Le 9 août 1792 à minuit, le tocsin se mit à sonner. C’était le signal convenu. Les sections se remplirent. Les colonnes se formèrent : la plus importante était celle du faubourg Saint-Antoine. Aux Tuileries, personne ne pouvait dormir. Les Suisses avaient pris position ainsi que les gardes nationaux. Un plan de défense avait été préparé par Viomesnil et adopté par le roi. Mandat, commandant général de la garde nationale, était décidé à l’appliquer. Il avait rameuté les bataillons les plus fidèles ; il les avait disposés dans les jardins et les cours, et fait mettre des canons en batterie. Ces hommes attendaient la venue de Louis : quelques paroles eussent relevé leur courage, mais, comme toujours, incertain de la conduite à tenir, il s’abstenait de se montrer !
Vers 4 heures, Mandat fut convoqué à l’hôtel de ville. Il s’y rendit, ignorant que le comité insurrectionnel en avait chassé la municipalité. On le mit en état d’arrestation. Et, comme on le conduisait à la prison de l’Abbaye, il fut massacré par la populace.
Les colonnes d’émeutiers s’ébranlèrent entre 5 et 6 heures du matin, le 10 août par conséquent. Elles ne se hâtaient point ; il leur fallait converger avec ensemble vers les Tuileries, afin de n’être pas écrasées séparément. Dans le palais, la défense paraissait désorganisée par la disparition de Mandat. On décida le roi à passer les défenseurs en revue.
Dans les cours de la façade du Carrousel, il fut accueilli par de nombreux cris de « Vive le roi! » mais les canonniers de la cour Royale restèrent silencieux ou crièrent : « Vive la nation! »
Quand il passa dans le jardin des Tuileries, les cris de « Vive la nation! » se firent de plus en plus fréquents à mesure qu’il se rapprochait du Pont-Tournant.
Du côté du bord de l’eau, il y avait de nombreux sans-culottes armés de piques. Ils criaient « A bas le veto! » et aussi : « A bas le gros cochon! » La reine, qui du château entendait ces cris, essuyait ses yeux rougis.

Le pitoyable cortège sortit des Tuileries

Pendant la bataille des Tuileries Louis XVI décide de se réfugier, avec ses proches, à l'Assemblée nationale.

L’attaque était imminente. Déjà, place Vendôme, le sang avait coulé ; une patrouille royaliste avait été surprise et massacrée. On promenait les têtes de ces malheureux au bout d’une pique. Mais Louis XVI avait déjà pris sa décision. Au risque de périr ignominieusement, il ne voulait pas faire tirer sur le peuple. Viomesnil avait perdu sa peine et Mandat était mort pour rien ! Louis avait envoyé prévenir l’Assemblée, qui ne bougea point. Le procureur-syndic Roederer lui déclara alors que, puisqu’il renonçait à se défendre, il allait infailliblement périr et causer la perte de sa famille, à moins qu’il ne prît immédiatement le parti de se rendre à l’Assemblée. La reine se récria. Roederer répliqua qu’elle serait responsable de la mort de son mari. Quant au roi, l’idée de placer le pouvoir exécutif sous la protection de l’Assemblée lui parut habile. Mais les législateurs étaient-ils décidés à le protéger ? Le pitoyable cortège sortit du château, traversa les jardins entre deux haies de Suisses et de gardes nationaux. La foule hurlait : « A bas le veto ! Point de femmes ! Nous voulons le roi seul ! » Le roi et la reine étaient accompagnés de leurs enfants, de Madame Elisabeth, de la princesse de Lamballe et de Mme de Tourzel. Les ministres donnaient le bras aux dames. On arriva au Manège. Le roi s’assit aux côtés de Vergniaud qui présidait ; il dit :
Messieurs, je viens ici pour éviter un grand crime ; je me croirai toujours en sûreté avec ma famille au milieu des représentants de la nation.
Vergniaud répondit :
L’Assemblée nationale connaît tous ses devoirs, elle regarde comme un des plus chers le maintien de toutes les autorités constituées.
Le règlement ne permettait pas que l’Assemblée délibérât en présence du roi. On plaça donc symboliquement la famille royale dans le « logographe », qui était la loge grillagée où se tenait habituellement le secrétaire chargé des procès-verbaux. Roederer prit la parole pour relater la situation. Tout à coup on entendit un coup de canon, suivi d’une fusillade.

Derniers articles
mussolini-partisans-epurationn
Epuration et mort de Mussolini en avril 1945
Edda Ciano envoya aussi une lettre suppliante à son père Mussolibi pour tenter de sauver son mari
La République de Salo de Mussolini en septembre 1943
Mussolini est arrêté et incarcéré dans la petite île de Ponza
La chute de Mussolini en 1943
Au début, Mussolini compare Hitler à Attila
Mussolini et Hitler en 1934 et 1937
Dernières catégories
A la mort de Charles IX, Catherine de Médicis reprit ses fonctions. Elle en avait l’habitude
Ces malades qui nous gouvernent
intro-front-de-est
La Guerre à l'Est
Entre septembre 1939 et mai 1943, les U-Boote livrent une guerre sans merci contre les convois alliés pendant la bataille de l'Atlantique.
La bataille de l'Atlantique
intro-tragedies-en-mer
Tragédies en mer
Articles populaires
Organisation des combats de gladiateurs dans la Rome antique
Les gladiateurs étaient des héros de l'arène romaine dans l'antiquité
Le lanista est le directeur de l'école de gladiateurs
Le recrutement et l'école des gladiateurs dans la Rome antique
antiquite-rome-esclaves-marche
Le marché aux esclaves dans la Rome antique
A Paris, le ciel est nuageux ce 3 septembre 1939
Les derniers espoirs de Varsovie en septembre 1939