La faillite de la République de Weimar de 1920 à 1933

Une bande de conspirateurs sans grand relief ayant pris à l’abordage le navire nommé Allemagne, puis paralysé, l’arme au poing, son équipage et entrepris, une fois à bord, des raids de piraterie à travers l’Europe, telle sera, peu ou prou, l’image que les accusateurs de Nuremberg, en 1945, donneront de Hitler et des nationaux-socialistes.

L’entre deux-guerres en Allemagne
1920 – janvier : après la ratification du traité de Versailles, création de la Société des Nations dont les premiers membres sont les principales puissances alliées : Angleterre, France, Italie et Japon. Mais, le Sénat américain ayant refusé de ratifier le traité, les U.S.A. n’adhèrent pas à la S.D.N.
1921 – Hitler devient le maître absolu du parti nazi.
1923 – 8 novembre : le putsch de Hitler échoue à Munich.
1926 – septembre : l’Allemagne adhère à la S.D.N.
1929 – 24 octobre : le crack de Wall Street ruine l’économie allemande.
1930 – septembre : les nazis obtiennent 6 500 000 voix aux élections législatives, ce qui leur donne 107 sièges au Reichstag.
1932 – 31 juillet : les nazis sont désormais le parti le plus nombreux au Reichstag. Hitler refuse de prendre la tête d’un gouvernement de coalition.
1933 – 30 janvier : Hitler devient chancelier d’un gouvernement de coalition.
23 mars : le Reichstag vote les pleins pouvoirs à Hitler.

Les gouvernements faibles de la République de Weimar

Dans l'ensemble, la République de Weimar n'a jamais été populaire en Allemagne

A la fin de la guerre, l’Allemagne était épuisée, brisée et affamée. Le coût de la défaite s’élevait à près de 2 millions de morts, 800 000 prisonniers et des millions de veuves, d’orphelins et de blessés; plusieurs millions d’anciens combattants démunis durent se mettre à chercher du travail.
Le blocus allié, maintenu jusqu’en mars 1919 pour obtenir la reddition de l’Allemagne, aggrava la pénurie de nourriture et précipita la fin de 800 000 civils. Un traité de paix humiliant détruisit tout espoir de redressement économique en imposant d’énormes réparations et en confisquant la plus grande partie du charbon et du fer produits en Allemagne.
Des gouvernements faibles, confrontés à ces énormes problèmes, tombèrent les uns après les autres, harcelés par des extrémistes qui ne voyaient de salut que dans une dictature, de droite ou de gauche.
Le premier parti communiste allemand sortit des rangs d’un groupe socialiste d’extrême gauche, les Spartakistes, fondé par Karl Liebknecht, petit homme de loi dynamique. Liebknecht signait Spartacus en souvenir du chef de la révolte des esclaves, partie de Rome en 71 av. J.-C. En janvier 1919, les soulèvements communistes improvisés de Berlin et de Munich furent écrasés par les hommes des corps francs, clique d’anciens soldats résolument opposés à une prise de pouvoir communiste. L’année suivante, les corps francs tentèrent un putsch. Une grève générale animée par l’extrême gauche berlinoise le fit échouer.
Pour éviter d’augmenter les impôts ou de limiter le crédit, le gouvernement mit en marche la planche à billets. Une épidémie de papier-monnaie gagna l’économie. Ce fut le désastre: en 1919, le mark valait environ 9 dollars; en 1923, il en fallait 4 trillions pour obtenir un dollar. L’inflation ruina des millions de gens en anéantissant l’épargne, mais fit surgir une classe de nouveaux riches: des hommes d’affaires qui bâtirent des empires à crédit et réglèrent leurs dettes en marks dépréciés. Les masses ramassèrent quelques miettes de cette opulence mais le souvenir de la défaite, du désespoir et d’une politique menant à la faillite et à la spoliation s’effaça lentement.

La République de Weimar n'a jamais été populaire en Allemagne

Dans l’ensemble, la République de Weimar n’a jamais été populaire en Allemagne, de la part de l’armée, des fonctionnaires, des enseignants et de nombre d’organisations socioprofessionnelles. Pour la majorité des Allemands, le régime procède d’une défaite et du fameux coup de poignard dans le dos donné par les organisations d’obédience marxiste.
La défaite s’accompagne encore d’une humiliation sans précédent, avec le tracé des nouvelles frontières de l’Est. La Prusse-Orientale se trouve séparée du reste de l’Allemagne par un corridor englobant la ville libre de Dantzig. Plus grave encore, la démilitarisation de la Rhénanie constitue une amputation de la souveraineté allemande. Pour clore le tout, le règlement des réparations, imposées par le traité de Versailles, repose sur la notion de la responsabilité de l’Allemagne dans le déclenchement du conflit de 1914-1918.
Avec une armée limitée à 100000 hommes, la nouvelle Reichswehr condamne l’Allemagne à l’impuissance, comme on le constate en 1923 avec l’occupation de la Ruhr, à l’origine de putschs (dont celui de Munich) et surtout d’une inflation galopante qui entraîne la ruine de millions d’Allemands.

Hitler adhère au parti des travailleurs

Hitler adhère au parti des travailleurs Le parti des travailleurs allemands fit une forte impression sur Hitler quand il assista pour la première fois, le 12 septembre 1919, à l'une de ses réunions

Hitler adhère au parti des travailleurs

Le parti des travailleurs allemands fit une forte impression sur Hitler quand il assista pour la première fois, le 12 septembre 1919, à l’une de ses réunions. Il y adhéra deux jours plus tard et reçut la carte de membre n° 5. Au début de 1920, il fut chargé de la propagande. Lorsqu’il quitta l’armée, en avril 1920, il consacra tout son temps à renforcer l’appareil du parti dont il s’assura bientôt le contrôle et qui fut, ce même mois, débaptisé pour s’appeler désormais parti national socialiste allemand des travailleurs (en abrégé nazi).
Le parti reçut une aide importante de l’armée, et notamment du major Ernst Röhm, naguère supérieur de Hitler, et maintenant affecté à l’état-major. En décembre 1920, le parti nazi publia son propre journal. Hitler était dès lors le chef incontesté du groupe qui commençait d’être une force politique en Bavière. Le parti continua de se développer tandis que Hitler devenait très vite un orateur d’une remarquable virtuosité.

Les sections d'assaut (S.A.)

Hitler recruta des voyous armés et les baptisa Sturmabteilung (les S.A.) ou Sections d'assaut

L’idée fondamentale qui avait présidé à la création du parti des travailleurs allemands était très simple : les masses allemandes avaient été ou étaient privées de leur patriotisme naturel par des agitateurs de gauche, et souvent d’origine étrangère ou juive. Pour regagner le terrain perdu, il fallait employer les méthodes de l’ennemi. Il fallait en appeler aux ouvriers, pas aux bourgeois, à leurs sentiments, et non point à leur intelligence. Ces idées furent reprises par Hitler qui, dès le début, conçut le parti nazi comme un parti de masse, avec des slogans au lieu d’idées.
Il devint lui-même un tribun populaire et assuma sans partage la direction du nouveau parti. Mais il y introduisit aussi la violence, à la fois dans ses discours, remplis d’appels à la haine, à la révolte, et à la destruction de ses ennemis, et dans les activités de ses « compagnons ».
Il recruta des voyous armés et les baptisa Sturmabteilung (les S.A.) ou Sections d’assaut : habillés de vêtements bruns de coupe militaire, ils avaient pour tâche essentielle de matraquer les adversaires politiques de Hitler dans les rues, et de chasser avec le maximum de brutalité les contradicteurs lors des réunions de masse du parti. Hitler découvrit également, comme il s’en est vanté, l’utilisation du mensonge énorme. Plus le mensonge est gros, plus les foules le gobent aisément.

Derniers articles
mussolini-partisans-epurationn
Epuration et mort de Mussolini en avril 1945
Edda Ciano envoya aussi une lettre suppliante à son père Mussolibi pour tenter de sauver son mari
La République de Salo de Mussolini en septembre 1943
Mussolini est arrêté et incarcéré dans la petite île de Ponza
La chute de Mussolini en 1943
Au début, Mussolini compare Hitler à Attila
Mussolini et Hitler en 1934 et 1937
Dernières catégories
A la mort de Charles IX, Catherine de Médicis reprit ses fonctions. Elle en avait l’habitude
Ces malades qui nous gouvernent
intro-front-de-est
La Guerre à l'Est
Entre septembre 1939 et mai 1943, les U-Boote livrent une guerre sans merci contre les convois alliés pendant la bataille de l'Atlantique.
La bataille de l'Atlantique
intro-tragedies-en-mer
Tragédies en mer
Articles populaires
L'éducation dans les écoles allemandes est rapidement nazifiée
L'éducation sous le régime nazi de Hitler
Se vêtir chez les anciens égyptiens
Les vêtements et costumes dans l'Egypte antique
Le lanista est le directeur de l'école de gladiateurs
Le recrutement et l'école des gladiateurs dans la Rome antique
Organisation des combats de gladiateurs dans la Rome antique
Les gladiateurs étaient des héros de l'arène romaine dans l'antiquité