La vie d'un poilu dans les tranchées en 1914-1918

Au fond de leurs tranchées, dans chaque camp, des millions d'hommes ont fait face au feu de l'ennemi, mais aussi aux rats, à la vermine, à l'ennui, aux privations et au désespoir

Le poilu est un homme de boue !

Les Tranchées ! Tout l'hiver, le poilu reste là. Il pleut, il pleut, bergère! La Terre est une boue.
Le soldat est le premier homme, celui que Dieu façonna dans la boue. Dans sa capote de boue, les jambes jusqu'aux tibias dans la boue, sous un ciel de boue, le poilu est un homme de boue. Il monte la garde dans la boue. Puis, à la relève, il se couche sur un lit de boue.
La corvée de soupe monte dans les boyaux. La soupe ? Le poilu bouffe des cailloux, je veux dire des tas de pâtes borgnes, des charges de haricots en plomb. Son gros estomac de la campagne digère tout. Chez lui, n'est-ce pas ...
Bah ! Il ne faut pas s'en faire! Un kilo de pinard dans le tube, une vieille bouffarde là-dessus, et en route pour le pays des rêves ...

Dans les tranchée; bidasse, zigomar et rosalie

Dans les dédales de tranchées putrides, on avait pris soin de définir un langage particulier. L’Allemand était devenu le Boche et notre fantassin, le poilu. Un vocabulaire nouveau avait été créé avec des termes comme le barda (le sac), le bidasse (le troupier), la bidoche (la viande de cantine), le boyau (la tranchée), capout (tué), les croquenots ou les godasses (les souliers), le flingue (le fusil), la galtouse (la gamelle), la gniole (l’eau-de-vie), les huiles (les officiers), le jus de chaussette (le café), Paname (Paris), le pinard (le vin), le toubib (le major)… On parla encore de mitrailleuses et, en 17, de tanks. Le sabre s’appelait désormais Zigomar et l’obusier de tranchée, Crapouillot. La baïonnette se prénommait joliment Rosalie. Toutes ces appellations seront aussitôt reprises dans les discussions des tacticiens de l’arrière, au traditionnel Café du commerce.

L'uniforme du poilu Pendant la Première Guerre Mondiale

En 1915, l'uniforme des poilus fut révisé.

Le début de l’année 1915 apporta un important changement dans l’accoutrement des troupes. L’uniforme du poilu, décidément trop repérable, fut révisé. On se dépiauta du séduisant pantalon rouge, de la capote bleue et des gros souliers à bout carré « dans lesquels on était si bien », pour endosser la tenue bleu horizon. Les coquettes petites guêtres blanches cédèrent la mode aux bandes molletières. Le képi fut d’abord doublé d’une calotte en fer puis il disparut totalement avec l’adoption du casque métallique. En face, le casque à pointe, en cuir bouilli, fut remplacé par le modèle arrondi pourvu d’un protège-nuque, que les armées d’occupation porteront toujours en 40.
Le croirez-vous ? Cette modification d’uniforme ne fit pas l’unanimité au pays, et surtout en Sologne. A Romorantin régnait en effet la famille Normant, dont les usines détenaient la fabrication quasi exclusive du drap couleur garance. Leurs ateliers fournissaient non seulement l’infanterie française mais encore plusieurs armées étrangères. Cette spécialisation industrielle procurait du travail à de nombreuses familles des environs, qui craignirent alors pour leur emploi. La faillite définitive des usines drapières de Sologne sera la conséquence, bien plus tard, de l’apparition des tissus synthétiques.

Au fond des tranchées des poilus sales et hagards

Avec les mauvaises saisons, les tranchées devinrent bientôt des fossés de fange glacée dans lesquels piétinaient et tombaient des hommes au regard affolé. Le front se changeait en pourrissoir. Les poilus étaient sales, crottés jusqu’aux épaules, hagards, emmitouflés dans de vieux lainages. Des épouvantails que la Camarde seule osait encore enlacer. Ils grouillaient de vermine. Le soir, dans les casemates, ils épouillaient leur chemise. Les poux gonflés de sang éclataient à la flamme de la bougie. On faisait des concours à qui en trouverait le plus sur lui.

Les lettres, le pinard, le tabac et... La gnôle du Poilu

Ce qui importait le plus, au front, c’étaient certainement, par ordre de préférence, les lettres de la maison, le pinard et le tabac. Et la gnôle. Sous le feu, les poilus recevaient une ration d’un litre d’eau-de-vie chaque jour pour 15 personnes. Ils en remplissaient un bidon rond qu’ils attachaient à leur ceinture. Une gorgée de temps en temps les lavait de l’horreur dans laquelle ils se débattaient. Elle n’était guère fameuse, cette fichue gniole, elle vous arrachait le garguillot mais on était bien content malgré tout d’en ingurgiter une lampée quand les choses tournaient mal. Elle énervait et elle aidait à surmonter les coups durs. Après, on réfléchissait moins.
Une distribution supplémentaire précédait chaque assaut, histoire de donner du cœur au ventre à ceux que la mitraille déchiquetterait tout à l’heure. En ces moments-là, personne ne crachait dessus. C’était le médicament-miracle qu’un blessé réclamait aux brancardiers dès que la souffrance devenait intolérable. On en faisait boire aux bataillons lorsqu’ils montaient au front.

Derniers articles
Quiz sur les nazis célèbres entre 1933 et 1945 tels que Goebbels, Himmler et Goering
Quiz sur les âmes damnées du nazisme
Testez vos connaissances sur Hitler
Quiz sur la vie de Hitler
Au début de 1941, les responsables commencèrent à admettre l'importance des avions dans la lutte anti-sous-marine
Les avions traquent les sous-marins allemands
Le radar est installé à bord des navires au début de 1941
Le radar pendant la bataille de l'Atlantique en 1943
Dernières catégories
Entre septembre 1939 et mai 1943, les U-Boote livrent une guerre sans merci contre les convois alliés pendant la bataille de l'Atlantique.
La bataille de l'Atlantique
intro-tragedies-en-mer
Tragédies en mer
intro-bataille-angleterre
La bataille d'Angleterre
La vie quotidienne des Allemands sous le régime nazi de Hitler
L'Allemagne nazie
Articles populaires
Le lanista est le directeur de l'école de gladiateurs
Le recrutement et l'école des gladiateurs dans la Rome antique
antiquite-rome-esclaves-marche
Le marché aux esclaves dans la Rome antique
Les pilotes de la Royal Air Force et de la Luftwaffe pendant la bataille d'Angleterre en 1940
Les pilotes des deux camps pendant la bataille d'Angleterre en 1940
Suite à l'incendie du Reichstag en février 1933, Van der Lubbe, est un coupable idéal
L'incendie du Reischstag en février 1933