La répression de Murat dans Madrid après les émeutes

Les témoignages et la liste des victimes montrent que les protagonistes du 2 mai 1808 sont de toutes origines sociales. Des domestiques, des ouvriers, combattent avec des artisans, des boutiquiers, mais aussi des personnes de condition sociale supérieure, commerçants, médecins, architectes. Quelques membres du clergé participent également à la lutte

Il n'y a plus d'inssurection

Il n’y a plus d’insurrection d’ensemble dans Madrid. Les combats qui continuent sont épisodiques, mais aussi acharnés. Goya les a vus. Il nous les a légués dans les Désastres de la guerre. Un lancier polonais traîne une femme sur le pavé. Une femme, son enfant sous le bras, perce d’un coup de lance un soldat qui s’abat. Voilà un grenadier le crâne ouvert par un coup de hache, un Espagnol qui lève son poignard sur un soldat. Partout, sur le pavé, d’affreuses flaques de sang.
Oui, elle est finie, l’insurrection des Madrilènes. Et vaincue. Mais en même temps un implacable processus est engagé. Il y a beaucoup de morts dans les rangs français. Les hommes de Murat crient vengeance. Leur chef va les satisfaire. La répression commence.

La répression de Murat dans Madrid

D’abord, Murat lance une proclamation dans laquelle il prend la Junte à partie, la rend responsable de l’ordre qui doit régner. Il nomme une commission militaire qui jugera sommairement les insurgés qui auront été pris les armes à la main. Désormais, tout Espagnol qui passe dans la rue est arrêté, fouillé. Malheur à lui s’il porte une arme. Aux yeux des soldats, tout est une arme. Un canif ? Une arme. Des ciseaux ? Une arme.
Un infortuné barbier qui s’en va raser un client est arrêté: n’a-t-il pas un rasoir sur lui ? Ceux-là sont empoignés, on les bourre de coups de crosse, parfois on les fouaille à la baïonnette. On les traîne devant la Commission. Il ne s’agit pas de perdre du temps. A peine l’identité déclinée, et la condamnation tombe. La condamnation à mort, bien sûr. On les emmène, soit au Prado, soit au Retiro, ou derrière l’église de Buen Suceso. Ou encore au couvent de Jésus, sur la montagne du Principe Pio.

Le tableau de Goya

Sous son pinceau, pour l’éternité, cet Espagnol en chemise et tête nue, invectivera les bourreaux en étendant les bras

La nuit est tombée, et en même temps la peur qui s’étend sur la ville. Le silence, seulement troué de salves. On fusille, on n’arrête pas de fusiller. Ceux du Principe Pio, Goya les a vus encore. Sous son pinceau, pour l’éternité, cet Espagnol en chemise et tête nue, invectivera les bourreaux en étendant les bras, cependant que près de lui un moine agenouillé adresse à Dieu une ardente prière. Dans l’ombre, qui les oublierait, ces visages encolérés, ces bouches tordues par l’injure ? Et le peloton groupé, avec ses shakos, ses havresacs. Et cette lanterne qui, pour éclairer la scène, perce la nuit de sa lueur blafarde.
On a dénombré une partie des victimes. On y trouve des palefreniers, des forgerons, des porteurs d’eau, des chevriers, des maçons, des cordiers, des prêtres, un mendiant, un acteur, des femmes, des enfants (tués chez eux), un avocat, un chirurgien, un écrivain public.
Donc, peu de bourgeois.

Joseph Bonaparte, roi d'espagne

Du coup, l’affaire se précipite. Ferdinand renonce à la couronne. Charles IV, redevenu roi, remet aussitôt ses États au grand Napoléon. En compensation, il recevra une résidence en France (Chambord) et une rente de six millions. Les biens de Godoy sont garantis. Les infants eux-mêmes abdiquent. Quelques jours encore et Napoléon nommera son frère Joseph roi d’Espagne.
Tout est donc fini ? Tout commence au contraire. L’insurrection du « dos de Mayo » est un signal. L’Espagne tout entière va se lever. Pour s’ouvrir le chemin de Madrid, Napoléon devra livrer plusieurs batailles. Quand il entrera dans la capitale, quand il imposera Joseph comme roi, il croira encore avoir achevé sa tâche. Mais c’est toute l’Espagne qui prendra les armes. Jamais Napoléon ne viendra à bout de la guérilla, arme suprême d’un peuple qui se veut libre.
Murat avait dit : « Le 2 mai a donné l’Espagne à Napoléon. » Le ministre O’Farril répondit : « Dites qu’il l’a perdue pour toujours. »

Derniers articles
mussolini-partisans-epurationn
Epuration et mort de Mussolini en avril 1945
Edda Ciano envoya aussi une lettre suppliante à son père Mussolibi pour tenter de sauver son mari
La République de Salo de Mussolini en septembre 1943
Mussolini est arrêté et incarcéré dans la petite île de Ponza
La chute de Mussolini en 1943
Au début, Mussolini compare Hitler à Attila
Mussolini et Hitler en 1934 et 1937
Dernières catégories
A la mort de Charles IX, Catherine de Médicis reprit ses fonctions. Elle en avait l’habitude
Ces malades qui nous gouvernent
intro-front-de-est
La Guerre à l'Est
Entre septembre 1939 et mai 1943, les U-Boote livrent une guerre sans merci contre les convois alliés pendant la bataille de l'Atlantique.
La bataille de l'Atlantique
intro-tragedies-en-mer
Tragédies en mer
Articles populaires
mussolini-partisans-epurationn
Epuration et mort de Mussolini en avril 1945
Le lanista est le directeur de l'école de gladiateurs
Le recrutement et l'école des gladiateurs dans la Rome antique
antiquite-rome-esclaves-marche
Le marché aux esclaves dans la Rome antique
Organisation des combats de gladiateurs dans la Rome antique
Les gladiateurs étaient des héros de l'arène romaine dans l'antiquité