La confession d'un enfant du nazisme

La confession d'un enfant du nazisme qui prit peu à peu conscience de la vérité sur le national socialisme et de la façon dont sa génération avait été dupée

La confession d'un enfant du nazisme

Confession d'un enfant du nazisme dans l'Allemagne d'avant guerre

Que se passa-t-il pendant l’enfance de cette génération de la classe moyenne allemande qui fit d’elle une telle source de pouvoir pour les maitres du Ille Reich ? J’incriminerais surtout l’atmosphère sombre des lendemains de la première guerre mondiale. Nos parents se plaignaient sans cesse de l’appauvrissement croissant de l’Allemagne. A peu près constamment, nous voyions des individus en loques venir implorer à notre porte une assiette de soupe. La vue d’invalides de guerre, amputés ou aveugles, qui mendiaient aux carrefours nous effrayait souvent. Nous entendions toujours les adultes parler de tel ou tel de leurs amis qui avait perdu son emploi et ne savait plus comment faire vivre sa famille. On comptait à la fin six millions de chômeurs.
De plus, mes parents imputaient tout cela aux réparations que l’Allemagne devait payer à ses anciens adversaires, ainsi qu’à la perte des zones industrielles allemandes. On ne parlait pas, en revanche, des conséquences de la grande crise économique qui était durement ressentie partout, et pas seulement en Allemagne, au début des années 1930. Tous nos maux venaient du désastre national de Versailles.
Longtemps avant que nous comprenions vraiment ce que signifiait la guerre nous savions qu’il s’agissait de quelque chose d’horrible. Et quand les adultes en parlaient, c’était pour répéter que sa conclusion et ses conséquences constituaient une monstrueuse injustice. Ils disaient : L’Allemagne a perdu la guerre, bien qu’aucun pays n’ait eu de soldats plus courageux que les siens. Elle n’a pas été battue sur le terrain, mais poignardée dans le dos par les crapules qui la gouvernent à présent.

L'influence des Juifs

Selon mes parents, l’Allemagne était gouvernée depuis 1918 par ceux-là mêmes qui l’avaient trahie. Partout nous entendions les gens protester contre les jeux confus des partis politiques. Tout enfants que nous fussions, nous sentions à quel point ces partis maudits empoisonnaient l’atmosphère. J’avais douze ans lorsque je me trouvai prise dans un combat de rue, entre communistes et nationaux-socialistes. Quand je repense à cette époque, il me semble que ma mère lisait chaque matin dans le journal la nouvelle d’un assassinat politique.
On entendait sans cesse répéter que l’une des raisons de ce triste état de choses était l’influence grandissante des juifs. Quand j’étais entrée à dix ans au lycée, le tiers de mes camarades étaient des juives et je les traitais exactement comme les autres. Mes parents fréquentaient des collègues juifs de mon père et l’excellent vieux M. Lévy, qui occupait l’appartement au-dessous du nôtre, était un ami. Mais tout cela n’empêcha pas mes parents d’être antisémites, encore qu’ils se refusassent à l’idée de mesures de rétorsion brutales à l’égard des juifs. Les adultes nous enseignèrent que les juifs étaient mauvais, qu’ils faisaient cause commune avec les ennemis de l’Allemagne, etc. Pour nous, le juif faisait donc figure d’épouvantail. Nous n’aurions jamais pensé identifier à ce juif nos camarades d’école israélites ou le vieux M. Lévy. Cette confusion mentale me permit, par la suite, de me conduire et de penser en antisémite, sans me rendre compte de ce que cela avait d’inhumain. Je haïssais un épouvantail et non pas des êtres humains.

Adhésion aux jeunesses hitlériennes

Nous étions donc prêts pour devenir des nazis enthousiastes. Le national-socialisme combla nos aspirations. Pour moi, il fortifia mon opposition à ma famille, conservatrice et bourgeoise. Ma mère exigeait de ses enfants la même obéissance que de ses domestiques. Cela m’incita, dès mon enfance, à me solidariser avec les classes opprimées. L’idée de Hitler d’une association de toute la nation me fascinait. J’imaginais que cela ferait de ce monde un paradis où toutes les classes vivraient ensemble comme les membres d’une même famille. Je ne pensais pas alors que quantité de gens seraient exclus de ce paradis — les juifs, les socialistes, les infirmes de naissance.
En mars 1933, et contre le vœu de mes parents, j’adhérai secrètement à la Hitler Jugend (Jeunesse hitlérienne). Nous vivions enfin délivrés de l’éternelle tutelle des adultes. Nous étions tous des jeunes responsables de nos actes. Je devins journaliste , chargée de rendre compte dans la presse locale des activités de notre groupe.
J’eus le sentiment de participer à l’édification de l’Allemagne nationale-socialiste. Mes parents cessèrent peu à peu de s’opposer à ma présence au sein de la H. J. : la réussite de Hitler commençait à modifier leur opinion. Le nombre des chômeurs diminuait. Tout le monde pouvait constater que Hitler avait rétabli l’ordre. Il nous débarrassait de la clique juive de la République de Weimar. Il avait quitté la méprisable S.D.N. , repris la Sarre, etc.

Le monde de l'avenir et la nuit de Cristal

Les Allemands commençaient à relever la tête ! L’Allemagne n’était plus un jouet entre les mains de ses ennemis. Aux Jeux olympiques de Berlin, en 1936, la jeunesse allemande rencontra des jeunes gens de tous les pays. Désormais sur un pied d’égalité, nous accueillimes fort bien ces enfants de nos ennemis héréditaires. Nous souhaitions alors un avenir de paix et d’estime mutuelle.
Entre-temps je continuais mes études tout en consacrant à la H. J. tous mes instants de liberté. La vision d’un plus grand empire allemand m’obsédait. Il fallait jadis des générations pour édifier un empire. Nous voulions construire le nôtre en un clin d’oeil. Je ne m’accordais donc pas un instant de repos.
Après mon examen de fin d’études, je fus envoyée pour mon temps de service civil dans un camp de Prusse-Orientale. Cette période fut la plus insouciante de ma vie. Pour la moisson, nous travaillâmes plus de quinze heures par jour. J’étais parfois si fatiguée que je tenais à peine debout. Mais j’étais heureuse parce que je me sentais utile. Il y avait parmi nous des paysannes, des étudiantes, des coiffeuses, des domestiques, des employées. L’entente qui régnait dans notre camp constituait un parfait modèle réduit du rassemblement du peuple allemand de Hitler. Je croyais que l’ambiance de ce camp annonçait celle du monde de l’avenir.
Après mon service civil, je devins responsable à plein temps des organisations de jeunesse. J’étais heureuse de n’avoir plus à sacrifier la H. J. à ma scolarité. Pendant les deux ans qui précédèrent la guerre, la réalisation de nos rêves : l’édification d’une Allemagne impériale, nous parut à portée de la main. Le retour dans le sein de la mère patrie de l’Autriche et des Sudètes nous fit déborder d’enthousiasme.
La nuit du 9 au 10 novembre 1938, la Nuit de cristal, mit une ombre sur notre joie. Des atrocités de la nuit, je ne vis rien, mais, au matin, je constatai le saccage des petites boutiques et des restaurants modestes tenus par des juifs près de l’Alexanderplatz à Berlin. Ces traces de violence m’horrifièrent. Mais ne nous avait-on pas constamment répété que la juiverie internationale excitait le monde contre l’Allemagne ? A présent, les juifs s’étaient vu infliger un sévère avertissement.
Je chassai aussi vite que je pus de mon esprit le souvenir de cette manifestation, qui n’avait pourtant frappé que des innocents ces petites gens dont on avait dévasté les modestes boutiques avaient-ils quelque chose de commun avec le capitalisme juif international ? Il était plus simple de n’y plus penser et de se remettre rapidement au travail.

Derniers articles
Quiz sur les nazis célèbres entre 1933 et 1945 tels que Goebbels, Himmler et Goering
Quiz sur les âmes damnées du nazisme
Testez vos connaissances sur Hitler
Quiz sur la vie de Hitler
Au début de 1941, les responsables commencèrent à admettre l'importance des avions dans la lutte anti-sous-marine
Les avions traquent les sous-marins allemands
Le radar est installé à bord des navires au début de 1941
Le radar pendant la bataille de l'Atlantique en 1943
Dernières catégories
Entre septembre 1939 et mai 1943, les U-Boote livrent une guerre sans merci contre les convois alliés pendant la bataille de l'Atlantique.
La bataille de l'Atlantique
intro-tragedies-en-mer
Tragédies en mer
intro-bataille-angleterre
La bataille d'Angleterre
La vie quotidienne des Allemands sous le régime nazi de Hitler
L'Allemagne nazie
Articles populaires
Le lanista est le directeur de l'école de gladiateurs
Le recrutement et l'école des gladiateurs dans la Rome antique
antiquite-rome-esclaves-marche
Le marché aux esclaves dans la Rome antique
Suite à l'incendie du Reichstag en février 1933, Van der Lubbe, est un coupable idéal
L'incendie du Reischstag en février 1933
Au début de 1941, les responsables commencèrent à admettre l'importance des avions dans la lutte anti-sous-marine
Les avions traquent les sous-marins allemands