Funérailles dans l'Egypte antique

Caveau tout confort, avec lit, vaisselle, bijoux...

Le service des eaux, au IVe siècle, était confié à un fonctionnaire spécial, dont l’importance était telle qu’on ne le choisissait pas par tirage au sort, comme la plupart des magistrats, mais par élection. Il devait être riche pour pouvoir contribuer de ses deniers aux devoirs de sa charge.
Tous ces fonctionnaires, quel que fût leur zèle, ne pouvaient pas transformer du tout au tout un état de choses très déficient.
Les rues d’Athènes n’étaient presque jamais rectilignes. Elles épousaient la forme des passages naturels entre les collines ; souvent elles se resserraient encore, bien loin d’avoir partout la même largeur. Les maisons sont mal alignées, tantôt en retrait, tantôt en saillie.
Les eaux de pluie, du moins celles qui ne sont pas recueillies dans les citernes, et les eaux usagées sont évacuées dans la rue, où elles sont versées par les fenêtres ou les portes. Cependant la canalisation à ciel ouvert du milieu de la rue semble avoir été remplacée, en bien des cas, au IVe siècle, par des tuyaux souterrains et des égouts.
Les rues ne sont pas dallées ; ravinées par les eaux d’écoulement et couvertes de boue, elles se transforment vite en cloaques dès qu’il fait mauvais temps.
Il n’est guère question d’urbanisme dans tout cela et l’on comprend que des épidémies, telle la grande peste d’Athènes en 429, qui emporta Périclès, aient pu se développer rapidement dans une telle ville où, de surcroît, la population campagnarde se trouvait alors anormalement entassée.
Dans une ville aussi sèche qu’Athènes, le problème de l’eau était le plus important de tous. Les tyrans du VIe siècle s’en étaient préoccupés et avaient doté Athènes, grâce à d’importants travaux, de plusieurs fontaines dont l’Ennéacrounos (la fontaine aux neuf bouches) était la plus célèbre.

Le banquet funèbre dans l'Egypte antique...

Un banquet funèbre dans l'Egypte antique

Après cette pénible et fatigante cérémonie, les assistants participent à un banquet funèbre, en communion avec le mort. Les serviteurs ont apporté des monceaux de victuailles (oies, canards, poissons, quartiers de boeuf, pains, légumes), destinées en partie au disparu. Ils ont eu, en effet, la sagesse et la délicatesse d’en réserver une large part aux invités. Avant de ripailler, les hôtes écoutent, en silence, les chants d’un harpiste, traditionnellement aveugle. Pareille mise au tombeau n’honore, bien sûr, que les hauts fonctionnaires, laïques ou religieux. L’inhumation d’une personne de plus humble condition est beaucoup plus sobre. Il existe à Thèbes un cimetière des pauvres, niché au milieu du riche quartier funéraire, pour ceux qui ne connaissent que la fosse commune, enveloppés dans une toile rude. Leurs corps sont recouverts de sable, inlassablement : une manière rudimentaire et naturelle de dessécher les cadavres.

Les musiciens aveugles de l'Egypte antique

L’Egypte, comme d’autres civilisations, a connu la tradition des musiciens aveugles. Les bas-reliefs des temples et des sépultures nous montrent souvent des instrumentistes aux yeux sans pupille. Pour donner l’aubade à Isis, Hathor, Sekhmet et les autres, il ne fallait pas les voir.
Les musiciens jouent un rôle essentiel dans la cérémonie. Ils sont en présence de la divinité, et pendant leur interprétation, ils ne sont pas autorisés à voir le dieu. Au cours de leur concert, ils communiquaient avec la divinité. S’ils n’étaient pas aveugles de naissance, il n’était pas rare de leur enlever la vue sciemment. Des scènes peintes dans le palais d’Akhenaton (1352-1338 av. J.-C.), à Amarna, montrent des musiciens, instruments en main, portant un bandeau sur les yeux. Une fois le récital achevé, ils repoussent leur turban vers le haut et s’inclinent devant le roi, être divin. Le bandeau les rendait invisibles. Ce point est essentiel, seul le roi étant autorisé à converser avec les dieux.

Derniers articles
L'éducation à la Spartiate
L'éducation spartiate dans la Grèce antique
L'éducation commence à sept ans dans la Grèce antique
L'éducation dans la Grèce antique
Morts mystérieuses après l'ouverture de la tombe de Toutankhamon
La malédiction de Toutankhamon
La salle du trésor de Toutankhamon
Le trésor de Toutankhamon
Dernières catégories
Le front de l'Est
La bataille de l'Atlantique
Tragédies en mer
La bataille d'Angleterre

Le saviez-vous ?

Selon Hérodote, à la fin des banquets, l'hôte offrait à chacun de ses convives une momie en réduction en leur disant : « Regarde celui-là ! Bois et prend du plaisir. Une fois mort, tu seras comme lui ! »

Articles populaires
la journée d'un prêtre dans l'Egypte ancienne
Les prêtres dans l'Egypte antique
Tournois de gladiateurs de plus en plus décadents dans l'Empire romain
Grandeur et décadence des gladiateurs
La salle du trésor de Toutankhamon
Le trésor de Toutankhamon
Exploration du tombeau de Toutankhamon
Découverte de la tombe de Toutankhamon